stage item
Veroval ®
Pression artérielle

Information sur la pression artérielle

Pression artérielle ou comment le sang frappe la paroi des vaisseaux

Apprenez tout sur votre pression artérielle, sur les valeurs systoliques et diastoliques et sur leur signification

L'Observatoire mondial de la Santé estime à pas moins de 1,13 milliard le nombre de personnes souffrant d'hypertension artérielle dans le monde.

L'OMS a classé l'hypertension artérielle comme la maladie évitable la plus courante au monde et indique qu'à l'échelle mondiale, plus d'1 adulte sur 5 en souffre – une maladie à l'origine de près de la moitié des décès dus à un accident vasculaire cérébral et à une cardiopathie dans la Région européenne de l'OMS.

Les complications liées à l'hypertension artérielle sont responsables de 9,4 millions de décès chaque année dans le monde. Il ne fait aucun doute : si notre pression artérielle n'est pas sous contrôle, notre vie est en danger.

Pourquoi ? La pression artérielle représente la force d'écoulement du sang dans les vaisseaux sanguins.

Elle s'exprime par deux valeurs : la pression artérielle systolique (le premier chiffre) et la pression artérielle diastolique (le deuxième chiffre).

Alors que la première valeur correspond à la pression au moment où le cœur se contracte et le sang est pompé dans les vaisseaux sanguins, la (deuxième) valeur diastolique décrit la pression au moment où le cœur se relâche et se remplit à nouveau de sang. Ces valeurs sont exprimées en mmHg (millimètres de mercure).

D'après l'OMS et d'autres organisations sanitaires de premier plan, les valeurs systoliques et diastoliques de la pression artérielle se divisent en cinq catégories :

  • normale (systolique 120/129 mmHg et diastolique 80-84 mmHg),
  • normale haute (systolique 130-135 mmHg et diastolique 85-89 mmHg),
  • hypertension de grade 1 (entre 140-159 et 90-99 mmHg, ou plus),
  • hypertension de grade 2 (entre 160-179 mmHg et 100-109 mmHg) et
  • hypertension de grade 3 (également appelée crise hypertensive) supérieure à 179 mmHg et à 110 mmHg.

Les causes d'une pression artérielle élevée sont multiples : surpoids, tabagisme, stress, lésion d'organe, rigidité liée à l'âge des grosses artères ou plaque dans les artères.

Il existe un autre type d'hypertension artérielle, « l'hypertension artérielle secondaire », due à des problèmes au niveau d'un organe, comme une maladie rénale. En traitant le problème sous-jacent, les valeurs de pression artérielle peuvent revenir à la normale.

D'après les récents rapports sur l'hypertension de Sprinker, le risque de lésions irréversibles sur l'ensemble de l'organisme est deux fois plus important par tranche de 20 mmHg de pression systolique et de 10 mmHg de pression diastolique si l'hypertension artérielle n'est pas traitée.

Cependant, si elle est régulièrement surveillée et traitée, le risque de lésion physique sévère peut être considérablement réduit.

La seule façon de savoir si vous souffrez d'hypertension artérielle consiste à la mesurer régulièrement chez votre médecin ou un professionnel de santé qui peut également vous aider à comprendre les valeurs mesurées.

 

Apprenez à déchiffrer les codes secrets de votre pression artérielle

Devenez un expert de votre pression artérielle

Nous suivons le tueur silencieux jusqu'au fin fond des artères
L'hypertension artérielle, le « tueur silencieux », menace près de la moitié de la population

Qu'est-ce que l'hypertension artérielle ?

Entrez dans le vif du sujet et apprenez à prendre en charge l'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle est une maladie sournoise parfois appelée le « tueur silencieux ». Elle survient sans symptômes apparents et peut passer inaperçue pendant des années. Une seule mesure de pression artérielle élevée n'est cependant pas un signe d'hypertension. Les valeurs de la pression artérielle peuvent fortement varier en cours de journée. Seules des valeurs constamment élevées indiquent une hypertension.

Les valeurs de la pression artérielle peuvent fortement varier en cours de journée. Seules des valeurs constamment élevées indiquent une hypertension.

Les causes d'une pression artérielle élevée sont multiples : régime déséquilibré, surpoids, génétique, âge ou lésion d'organe.

Les experts de l'International Journal of Medicine distinguent trois grands groupes à risque d'hypertension artérielle :

  • la population générale de plus de 50 ans,
  • les communautés afro-caribéennes et sud-asiatiques, ainsi que
  • les individus ayant des antécédents familiaux connus d'hypertension artérielle.

Le même rapport va jusqu'à suggérer que l'hypertension représente l'une des principales causes de décès au Royaume-Uni et dans d'autres pays occidentaux.

Même les personnes présentant un seuil normal de pression artérielle (pression systolique comprise entre 130 et 139 ou pression diastolique comprise entre 85 et 89) sont invitées à avoir une meilleure hygiène de vie, à savoir, essentiellement, moins de sel et une activité physique régulière.

Les personnes atteintes d'hypertension de grade 1 (140-159/90-99 mmHg ou plus) et de grade supérieur nécessitent un changement radical de leur mode de vie, comme des activités de renforcement musculaire deux fois par semaine, une réduction de la consommation d'alcool, l'arrêt du tabagisme et des bilans réguliers.

Idéalement, les médicaments complètent les changements du mode de vie, et non l'inverse.

Cependant, si l'hypertension artérielle n'est pas correctement traitée, elle risque de causer une série de problèmes, dont des douleurs thoraciques, des problèmes rénaux, un essoufflement, des céphalées, un infarctus du myocarde, voire un accident vasculaire cérébral.

Les meilleures astuces pour prendre en charge les symptômes de l'hypotension
Pourquoi ne se sent-on pas toujours bien en cas d'hypotension ?

Pas grave, mais gênante : l'hypotension artérielle

Pourquoi ne se sent-on pas toujours bien en cas d'hypotension ?

Ce n'est un secret pour personne : les hypertendus envient les personnes dont la pression est basse. Bien que l'hypotension artérielle ne soit pas définie, sur le plan médical, comme une maladie, elle cause beaucoup de désagréments. Contrairement à l'hypertension, les symptômes de l'hypotension peuvent être assez clairement ressentis : fatigue, étourdissement, vertige, nausée, peau moite, perte de conscience et vision trouble.

Les chercheurs de la clinique Mayo aux États-Unis énumèrent les causes suivantes de l'hypotension artérielle : grossesse, perte de sang importante, choc, infections, circulation sanguine perturbée après une crise cardiaque, dysfonctionnement des valves cardiaques, diabète ou faible taux de sucre dans le sang (hypoglycémie) ou dysfonctionnement de la thyroïde. Elle figure également parmi les effets secondaires de certains médicaments, comme les bêta-bloquants ou la nitroglycérine (médicament pour le cœur également appelé trinitrate de glycéryle (GTN)).

En général, on parle de pression artérielle trop basse (hypotension) dans le cas de valeurs inférieures à 105 mmHg (pression systolique) et à 60 mmHg (pression diastolique). Le seuil entre la pression artérielle normale et l'hypotension n'est cependant pas défini de manière aussi stricte que le seuil pour la pression artérielle élevée (hypertension).

L'hypotension orthostatique constitue une autre forme d'hypotension et désigne une chute de tension après un changement de position, par ex. de la position couchée à la position debout. L'hypotension postprandiale consiste en une baisse de la pression artérielle juste après le repas. Et l'hypotension à médiation neuronale peut toucher les enfants et les adultes qui restent en position debout pendant un long moment. Les patients atteints de la maladie de Parkinson et de diabète souffrent souvent d'hypotension.

Une méthode simple mais efficace pour parer à la plupart des symptômes consiste à assurer une hydratation constante. Et pour y aller doucement, asseyez-vous après vous être allongé et prenez quelques minutes après le repas pour permettre à l'organisme de revenir à la pression artérielle normale avant de reprendre vos activités.

Pour vous assurer que l'hypotension ou les symptômes associés ne traduisent pas une maladie grave, consultez un médecin en cas de doute. Dans de rares cas seulement, l'hypotension risque de priver l'organisme d'une quantité suffisante d'oxygène, susceptible de causer des lésions au cœur et au cerveau. Une hypotension extrême peut entraîner des affections mettant en jeu le pronostic vital, comme un choc, une confusion (en particulier chez les personnes âgées), une respiration rapide et superficielle, et un pouls faible mais rapide.

Une seule mesure ne suffit pas – plusieurs mesures de la pression artérielle sont nécessaires pour poser un diagnostic
Détectez les signes d'un problème de pression artérielle malgré la multitude de symptômes courants

Anticipez le diagnostic : identifiez les problèmes de pression artérielle

Le diagnostic des problèmes de pression artérielle constitue la clé pour comprendre les symptômes.

Les problèmes de pression artérielle ne sont pas toujours faciles à diagnostiquer.

Des symptômes tels que céphalées, rougeurs au visage, étourdissement, problèmes de vision, douleur thoracique ou fatigue caractérisent de nombreuses maladies. Il n'existe pas d'indicateur ou de symptôme unique d'une pression artérielle trop élevée ou trop basse. La seule méthode pour diagnostiquer des problèmes de pression artérielle consiste à effectuer des contrôles réguliers. Vous avez plusieurs possibilités pour mesurer votre pression artérielle : à la pharmacie, chez votre professionnel de santé, chez votre médecin traitant, chez un spécialiste comme un cardiologue ou un néphrologue (spécialiste du rein), ou encore à domicile au moyen d'un tensiomètre.


Toutefois, une seule mesure de la pression artérielle ne permet pas de poser le diagnostic d'hypertension ou d'hypotension. Pour déterminer si vous avez réellement des problèmes de pression artérielle, il faut effectuer au moins deux mesures par jour sur une période de sept jours, conformément aux recommandations de la Société européenne de cardiologie. Si les valeurs sont élevées, les professionnels de santé recommandent des contrôles à intervalles réguliers allant de quatre semaines à trois mois. Seules des valeurs constamment élevées sont le signe d'une hypertension.


D'après une étude récente réalisée par l'Institut Robert Koch en Allemagne, 20 % des personnes concernées ignorent totalement être atteintes d'hypertension artérielle. 28 % supplémentaires se prononcent contre tout traitement. Les auteurs estiment que la moitié des infarctus du myocarde et AVC pourrait être évitée si les problèmes de pression artérielle avaient été traités. Une étude réalisée par l'Epidemiologisches Bulletin 5/2015indique qu'à peine 52 % des personnes concernées sont traitées avec succès. Avec ses symptômes confus, le « tueur silencieux » est l'une des plus grandes sources de problèmes de santé au sein de la population.

Il est impossible de la surestimer – l'hypertension artérielle vous mène tout droit vers l'enfer
Le véritable défi consiste à procéder correctement – encore et toujours

Prenez-vous en charge et mesurez votre pression artérielle à domicile.

Pourquoi la mesure de la pression artérielle fonctionne mieux sur la peau nue au niveau de l'artère brachiale

Il existe en gros deux méthodes non invasives de mesure de la pression artérielle : la méthode oscillométrique et la méthode auscultatoire. Indépendamment de la méthode choisie, la cible est toujours la même : l'artère brachiale, qui se décèle plus facilement au niveau du haut du bras ou du poignet. La plupart des dispositifs pour le bras sont équipés d'un brassard à enrouler et d'un tensiomètre tandis que les dispositifs pour le poignet sont équipés d'un fin bracelet élastique et d'un tensiomètre.



Pour mesurer la pression artérielle à domicile, les deux méthodes peuvent être utilisées : la méthode auscultatoire se concentre sur les bruits de Korotkoff du flux sanguin. La méthode oscillométrique consiste à détecter l'amplitude des oscillations générées par le sang au moment où il circule à nouveau dans le membre. Certains tensiomètres domestiques proposent une combinaison des deux méthodesou sont équipés d'une détection intégrée des arythmiesou d'un ECG mobilepour la prévention des AVC.


On sait que les pressions systoliques et diastoliques varient fortement en fonction de l'endroit. Il est donc conseillé de refaire la mesure toujours à la même position et au même bras ou poignet pour obtenir des résultats comparables. Le patient est en général en position assise, le dos bien soutenu par le dossier d'une chaise, le bras maintenu à la hauteur du cœur. Il est également important de mesurer la pression artérielle au même moment de la journée pour permettre la comparaison des données – notez les valeurs ou téléchargez-les dans un système de gestion de l'état de santésur votre ordinateur ou votre smartphone, ou encore en ligne sur un Cloud.


Nous reprenons ci-après les dix règles d'or pour la mesure de la pression artérielle :

  1. Reposez-vous pendant 5 minutes avant de mesurer la pression artérielle. Même le travail assis au bureau augmente la pression systolique d'environ 6 mmHg et la pression diastolique d'environ 5 mmHg.
  2. Ne consommez ni nicotine, ni café une heure avant la mesure.
  3. N'effectuez pas la mesure si vous avez un besoin urgent d'uriner. Une vessie pleine risque d'augmenter la pression artérielle d'environ 10 mmHg.
  4. Effectuez la mesure sur le haut du bras nu et en étant assis bien droit.
  5. Si vous utilisez un tensiomètre de poignet, maintenez le bracelet à hauteur du cœur pendant la mesure. Le brassard d'un tensiomètre de bras est naturellement placé à bonne hauteur.
  6. Évitez de parler ou de bouger pendant la mesure. Parler augmente les valeurs d'environ 6 à 7 mmHg.
  7. Attendez au moins une minute entre deux mesures pour que les vaisseaux ne soient pas comprimés et soient prêts pour une nouvelle mesure.
  8. Notez la date et l'heure ainsi que les valeurs et les médicaments que vous avez éventuellement pris.
  9. Effectuez les mesures à intervalles réguliers. Même si vos valeurs se sont améliorées, continuez de contrôler à des fins de surveillance.
  10. Effectuez toujours la mesure au même moment de la journée. Étant donné que chaque individu a environ 100 000 valeurs différentes de pression artérielle par jour, une mesure isolée n'a aucune signification. Seules des mesures régulières effectuées au même moment de la journée et sur une longue période permettent d'évaluer de manière significative les valeurs de pression artérielle.
Une application ne fait pas le travail à elle seule ! Importance d'une surveillance correcte à domicile.
Découvrez les caractéristiques des tensiomètres

Vos outils pour obtenir les valeurs : les tensiomètres

Trouvez le bon tensiomètre et apprenez à l'utiliser de manière adéquate

Les tensiomètres domestiques les plus courants sont pour le bras ou le poignet.

Les tensiomètres de bras sont équipés d'un brassard gonflable et d'un écran tandis que les tensiomètres de poignet sont équipés d'un bracelet élastique et d'un écran.

Il est important de choisir le bon tensiomètre pour la surveillance à domicile étant donné que vous utiliserez ce dispositif régulièrement.

Le brassard doit être appliqué sur peau nue, ce qui peut être plus compliqué en hiver.
Le bracelet est plus facile à appliquer, mais le poignet doit être placé à hauteur du cœur.

Ce qui se fait naturellement dans le cas du brassard.

La règle d'or suivante s'applique à tous les modèles de tensiomètre domestiques : le dispositif doit être cliniquement validé. Tout autre appareil n'est pas fiable.

Pour vérifier facilement et rapidement si votre tensiomètre répond à toutes les exigences, consultez les labels de qualité, par ex. Ligue allemande contre l'hypertension, Société européenne de cardiologie ou Société britannique de l'hypertension. Vous pouvez également opter pour un dispositif qui détecte aussi les arythmies cardiaques. La Société européenne de cardiologie recommande fortement d'utiliser des dispositifs validés conformément aux conditions et protocoles normalisés.Plusieurs applications pour téléphone portable vantent la mesure de la pression artérielle, mais les résultats sont loin d'être précis ; elles ne sont donc pas viables sur le plan clinique et pas recommandables en général.

Une application ne fait pas le travail à elle seule !

Plusieurs applications pour téléphone portable vantent la mesure de la pression artérielle, mais les résultats sont loin d'être précis ; elles ne sont donc pas viables sur le plan clinique et pas recommandables en général. En revanche, l'utilisation d'une application est une bonne méthode pour suivre les résultats en vue d'une meilleure comparaison ultérieure chez votre médecin traitant. Vous pouvez également utiliser le logiciel de votre dispositif ou une applicationpour enregistrer vos valeurs.

Pas besoin d'être un génie : apprenez à comprendre les valeurs de pression artérielle systoliques et diastoliques
Cinq catégories pour mieux comprendre les valeurs de pression artérielle

Plage des valeurs normales de pression artérielle

Les valeurs de pression artérielle sont divisées en cinq catégories pour mieux comprendre les valeurs inférieures et supérieures normales.

Pour savoir si une personne a une pression artérielle normale, faible ou élevée, la seule méthode consiste à la mesurer. Chaque valeur comprend un (premier) chiffre, systolique, et un (deuxième) chiffre, diastolique. On dit que la tension est de « 120/80 ». Les deux chiffres doivent appartenir à la même catégorie. Si une valeur est plus élevée (ex. 115/92), la personne est atteinte d'hypertension de grade 1. Si vos valeurs sont élevées, il est essentiel de consulter votre médecin traitant.


Les directives sur l'hypertension de la Société européenne de cardiologie, qui s'aligne sur toutes les grandes associations de cardiologie, comprennent un tableau avec cinq catégories de valeurs de pression artérielle :

Normale: systolique 120-129 mmHg et diastolique 80-84 mmHg.
Conseil: une pression artérielle normale signifie qu'aucune modification ne doit être apportée.

Normale haute (ou seuil normal) : systolique 130-135 mmHg et diastolique 85-89 mmHg.
Conseil: une pression artérielle élevée peut évoluer en hypertension artérielle.

Pression artérielle haute/hypertension de grade 1 : systolique 140-159 mmHg ou diastolique 90-99 mmHg.
Conseil: une modification du mode de vie est nécessaire, et en cas de risque élevé de maladie cardiovasculaire athérosclérotique (infarctus du myocarde ou AVC), les médicaments contre l'hypertension artérielle sont inévitables..

Pression artérielle haute/hypertension de grade 2 : systolique 160-179 mmHg ou diastolique 100-109 mmHg.
Conseil: le médecin prescrira très probablement des médicaments contre l'hypertension artérielle et recommandera une modification radicale du mode de vie, dont une perte de poids et une réduction de la consommation de sel, d'alcool, d'aliments transformés et de cigarettes.

Hypertension de grade 3/crise hypertensive
: valeur systolique supérieure à 179 mmHg et/ou valeur diastolique supérieure à 110 mmHg.

Si les valeurs de pression artérielle excèdent 180/120 mmHg à deux reprises en cinq minutes d'intervalle, le patient doit immédiatement consulter un médecin et appeler le 911 ou le numéro national d'appel d'urgence. Une crise hypertensive peut s'accompagner d'un ou plusieurs symptômes suivants : douleur thoracique, essoufflement, douleur dorsale, troubles de la vision ou de l'élocution. Si elle n'est pas traitée, le patient est exposé au risque d'infarctus du myocarde ou d'AVC.

Vos jambes vous font mal ? La cause ne se situe peut-être pas au niveau de vos membres mais au plus profond de vos artères.
Savez-vous quelles maladies peuvent résulter d'une pression artérielle élevée?

Soyez à l'écoute du tueur silencieux dans votre organisme

Les symptômes d'hypertension artérielle sont souvent liés à des maladies artérielles périphériques.

La difficulté à diagnostiquer les symptômes de l'hypertension artérielle réside dans leur absence – ce n'est pas pour rien qu'on qualifie cette maladie de « tueur silencieux ». Une pression artérielle élevée exerce une contrainte supplémentaire sur le cœur et les vaisseaux, susceptible de générer des problèmes de santé et des symptômes qui, à ce stade seulement, permettent de diagnostiquer des problèmes de tension artérielle.

Les maladies artérielles périphériques figurent parmi les problèmes les plus courants. Des artères centrales et périphériques rétrécies et affaiblies sont à l'origine de douleur dans les jambes ou de plaies non cicatrisées au niveau du pied. Les auteurs de l'article « Peripheral Artery Disease: Current Insight into the Disease and Its Diagnosis and Management »indiquent que près de la moitié de ces patients souffrent d'hypertension artérielle.

Une hypertension peut également causer des maladies rénales, comme l'hypertension rénovasculaire (ou sténose de l'artère rénale) – et vice versa. Les artères rénales sont rétrécies ou obstruées à cause d'un taux de cholestérol élevé. Les reins libèrent des hormones pour retenir davantage le sel et l'eau, entraînant ainsi une élévation de la pression artérielle.

L'AVC peut être une autre conséquence de l'hypertension artérielle. En cas d'AVC, le sang ne peut transporter l'énergie et l'oxygène vers certaines parties du cerveau, causant des lésions cellulaires. Au pire, l'AVC cause un handicap temporaire ou permanent, voire le décès du sujet.

On peut dire sans risque que les patients diabétiques ou présentant un taux de cholestérol élevé sont fortement invités à réduire leur pression artérielle afin d'éviter tout problème de santé futur – avec ou sans symptôme d'hypertension artérielle.

La pilule miracle n'existe pas encore, mais vous pouvez faire beaucoup pour réduire votre pression artérielle.
L'impact réel des médicaments contre l'hypertension artérielle et des modifications du mode de vie

C'est pour votre bien, c'est pour vous: traitement de l'hypertension artérielle

Un médicament adapté de l'hypertension artérielle s'accompagne d'une modification durable du mode de vie afin de réduire la pression artérielle

La pilule miracle pour faire baisser la pression artérielle n'existe pas encore.

La base de tout traitement consiste en une surveillance régulière étant donné que les valeurs varient fortement en cours de journée et qu'une simple mesure ne prouve donc rien.

En substance, le traitement de l'hypertension artérielle comprend deux approches :

médicale et non médicale.

Le NIH, le National Heart, Lung and Blood Institute du U.S. Department of Health & Human Services, préconise des « Dietary Approaches to Stop Hypertension » (approches alimentaires pour mettre fin à l'hypertension) – en abrégé DASH - comme approche thérapeutique non médicale.

Le régime DASH recommande :

  • La consommation de légumes, fruits et céréales complètes
  • L'inclusion de produits laitiers sans matières grasses ou maigres, de poissons, volailles, légumineuses, noix et huiles végétales
  • La limitation des aliments riches en graisses saturées, comme les viandes grasses, les produits laitiers riches en matières grasses et les huiles tropicales comme l'huile de noix de coco, l'huile de noix de palme et l'huile de palme
  • La limitation des boissons sucrées et des sucreries.

Il convient de réduire ou d'arrêter totalement la cigarette, et de réduire l'alcool au minimum.

Si l'IMC est élevé, une perte de poids est fortement conseillée.

Ces modifications du mode de vie peuvent s'accompagner d'un traitement médicamenteux.

Des scientifiques du Département de Physiologie de l'Université de Melbourne, Victoria, en Australie, ont classé les principaux médicaments contre l'hypertension artérielle en quatre grands groupes :

les inhibiteurs de l'ECA, les bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine, les inhibiteurs calciques et les diurétiques thiazidiques.

Aucun de ces médicaments ne peut faire l'objet d'une auto-médication.


Dans la plupart des cas d'hypertension artérielle, les valeurs reviennent à leur niveau élevé si le traitement est interrompu.

Suivez votre régime antihypertensif et savourez les aliments frais qui font baisser la pression artérielle
Achetez des aliments frais et des vitamines essentielles pour un régime antihypertensif

Régime savoureux, sain et bon pour votre pression artérielle

Les quatre principes du régime antihypertensif et comment savourer les aliments pauvres en sodium

Quelle que soit votre quête d'aliments permettant de faire baisser la pression artérielle, tout se résume aux quatre principes DASH du régime antihypertensif : plus de fruits et légumes, moins de graisses saturées, plus de céréales complètes et de noix, et moins de sodium, de sucreries, de boissons sucrées et de viande rouge. Bien que de nombreux aspects puissent soutenir votre régime, l'accent doit être surtout mis sur la réduction du sodium. De très grandes quantités de sel se cachent dans les aliments transformés, comme les pizzas surgelées, le pain, les céréales pour petit-déjeuner et de nombreux produits traiteurs. La prochaine fois que vous faites des courses, vérifiez la quantité de sel et demandez à votre épicier local les produits pauvres en sodium.


Tout régime alimentaire antihypertensif n'est efficace que s'il est combiné à une série de changements du mode de vie, comme une hausse de l'activité physique, une baisse de la nicotine et de l'alcool, et une modération du niveau de stress (si possible). Aucune de ces aspects n'étant provisoire, il est bon de les introduire au fur et à mesure comme nouvelles habitudes. Prenons l'exemple des changements de perception « salée » : à terme, il devient encore plus facile de réduire le sodium. Il en va de même des aliments qui baissent la pression artérielle et procurent une sensation de satiété. L'activité physique de 15 minutes par jour peut s'avérer un défi au début, mais une fois les muscles entraînés, la tâche deviendra un jeu d'enfant. D'autre part, l'activité physique régulière a également pour avantage de réduire la fréquence cardiaque en cours d'exercice.


La perte de poids (l'objectif idéal est un IMC < 25) et les périodes consacrées à la détente (plusieurs fois par semaine) soutiennent le régime antihypertensif et réduisent les maux de tête liés au stress. l is een BMI <25).


Remarque: certains régimes suggèrent la consommation de pamplemousse et de jus de pamplemousse. Vérifiez toutefois auprès de votre médecin car certains médicaments ne sont pas compatibles avec l'acide contenu dans ce fruit.

Prêt, partez ! Quelques minutes par jour peuvent déjà faire la différence et diminuer votre pression artérielle
Consacrez du temps à votre bien-être – et commencez par quelques exercices pour faire baisser votre pression artérielle

Comment l'activité physique peut faire baisser votre pression artérielle

Les exercices antihypertensifs peuvent être facilement intégrés dans la vie quotidienne des patients hypertendus

Pas d'excuses ! Les exercices antihypertensifs ne prennent pas beaucoup de temps, ne coûtent rien et font réellement baisser la pression artérielle. Toutefois, si vous n'avez pas fait d'activité physique depuis longtemps, il est important de démarrer en douceur. Personne ne s'attend à ce que vous couriez demain un marathon : commencez à marcher un peu plus, montez les escaliers plutôt que de prendre l'ascenseur et restez debout quelques minutes plutôt que d'être tout le temps assis. Augmentez ensuite progressivement l'intensité des exercices destinés à faire baisser votre pression artérielle.


Les personnes plus sportives envisageront d'augmenter les activités qu'elles apprécient comme le yoga, le Pilates, la marche, la natation, le jogging, la danse, le golf, le cyclisme ou le tennis.

Les activités aérobiques sont bénéfiques lorsqu'elles sont répétées. Le but des exercices antihypertensifs est de muscler les jambes, les épaules et les bras – et de perdre du poids. Consultez cependant un médecin avant de passer à des exercices intensifs, comme le sprint ou l'haltérophilie, car ils risquent de mettre le cœur à rude épreuve. La plongée sous-marine et le parachutisme ne sont pas conseillés comme activités pour faire baisser la pression artérielle. Pourquoi ne pas vous motiver en suivant régulièrement vos résultats et en contrôlant votre poids ? Faites tout ce qui contribue à vous motiver. Bonne nouvelle : les résultats ne se feront pas attendre : après environ trois mois, les exercices antihypertensifs porteront déjà leurs fruits.

Mais n'oubliez pas que l'impact positif sur la pression artérielle ne durera qu'aussi longtemps que vous poursuivez vos exercices ciblés.

Le combat ou la fuite – préservez vos artères en réduisant le stress ou en apprenant à mieux le gérer
Dans quelle mesure le stress affecte votre pression artérielle

Pas toujours positifs : apprenez à faire face aux symptômes du stress

Comment gérer les situations de stress et réserver les pics de tension aux urgences réelles

Presque tout le monde s'accorde à dire que notre vie est stressante.

La réaction naturelle de « combat ou fuite » nous sauve la vie en cas d'urgences – et est efficace.

Cependant, les conséquences du stress chez les patients hypertendus peuvent être pernicieuses.

Il est essentiel de se calmer et de se détendre, mais pour beaucoup, ce n'est pas toujours facile.

En particulier après un premier diagnostic d'hypertension artérielle, de nombreux patients éprouvent des difficultés à adapter leur mode de vie, à supporter les dépenses supplémentaires et à trouver le temps d'effectuer des mesures dans leur vie quotidienne.

Comme il n'existe pas de solution unique au stress, il n'existe pas davantage de réponse unique en matière de gestion du stress.

Parmi les approches fiables pour combattre les symptômes du stress, citons l'activité physique, la méditation, un allègement de l'horaire et un sommeil suffisant.

La réduction du stress quotidien et les techniques de gestion du stress peuvent apporter des avantages à plusieurs égards, dont un comportement plus détendu, plus de temps pour les choses que vous appréciez, plus de temps pour vos proches et vos amis – et moins de variations du rythme cardiaque et de la pression artérielle.

Ce n'est pas une partie de plaisir ! Évitez que votre cœur batte la chamade à cause de l'hypertension artérielle et prévenez au mieux les arythmies
Quand votre cœur bat la chamade à cause de l'hypertension artérielle

Un duo malchanceux : l'arythmie et l'hypertension

Des scientifiques ont établi une relation entre l'arythmie et l'hypertension artérielle

La liste des experts ne pourrait être plus prestigieuse : L'Association européenne du rythme cardiaque (EHRA) et la Société européenne de cardiologie (ESC) sur l'hypertension, soutenues par la Société du rythme cardiaque (HRS), la Société du rythme cardiaque de la région Asie-Pacifique (APHRS) et la Sociedad Latinoamericana de Estimulación Cardíaca y Electrofisiología (SOLEACE), ont indiqué dans le European Heart Journal (vol. 38, numéro 4, 21 janvier 2017) que l'hypertension artérielle est reconnue comme le principal facteur de risque le plus courant au monde, responsable de décès et d'incapacités dus à des maladies non transmissibles. Ils déclarent que l'hypertension artérielle est à l'origine des insuffisances cardiaques, des maladies coronariennes, des AVC, des maladies artérielles périphériques et des insuffisances rénales chroniques. En bref : l'hypertension artérielle est considérée comme l'un des principaux facteurs de risque d'arythmie.


Les problèmes de rythme cardiaque résultent d'impulsions électriques irrégulières qui coordonnent les battements du cœur. Si le cœur bat trop vite, trop lentement ou de manière irrégulière, la sensation risque d'être, au mieux, désagréable. Au pire, le pronostic vital peut être engagé. La tachycardie désigne un rythme cardiaque accéléré ; la bradycardie se réfère à un rythme cardiaque lent.


Pour déterminer si vous souffrez d'arythmies, la première étape consiste à les mesurer. De nombreux tensiomètres domestiques sont capables de détecter les arythmies. Toutefois, en cas d'arythmies, les tensiomètres utilisant la méthode de mesure oscillométrique risquent d'afficher des valeurs erronées. En revanche, la méthode de mesure de Korotkoff permet d'effectuer des mesures correctes.


Si un traitement médical de l'arythmie est indiqué, un stimulateur cardiaque ou un défibrillateur cardiaque sera utilisé. Seul un pourcentage limité des patients arythmiques est toutefois concerné.

Si votre cœur émet des signaux électriques chaotiques, vous ne devez pas vous en réjouir – vous devez agir sans tarder.
Comment reconnaître la fibrillation auriculaire et que faire

La Grande Faucheuse de notre siècle : la fibrillation auriculaire

Si votre cœur émet des signaux électriques chaotiques, vous ne devez pas vous en réjouir – vous devez agir sans tarder.

La fibrillation auriculaire figure parmi les problèmes de rythme cardiaque qui causent des centaines de milliers de décès chaque année. Elle consiste en un rythme cardiaque irrégulier et souvent accéléré, également perçu comme des palpitations ou une douleur thoracique angineuse. Elle survient lorsque les deux cavités cardiaques supérieures enregistrent des signaux chaotiques. La fibrillation auriculaire peut cependant ne présenter aucun symptôme, et est donc difficile à détecter. Les problèmes sous-jacents liés à la fibrillation auriculaire incluent l'hypertension artérielle, l'hyperthyroïdie ou une maladie pulmonaire..


Étant donné que les fibrillations auriculaires se produisent à intervalles irréguliers et ne peuvent donc être détectées qu'au moment où elles surviennent, la surveillance du rythme cardiaque au moyen de tensiomètres équipés de la fonction électrocardiogramme, de dispositifs ECG portables (moniteurs Holter), de moniteurs du rythme cardiaque mobiles spécifiques ou d'enregistreurs d'événements, peut littéralement sauver des vies.


Les arythmies cardiaques, comme la fibrillation auriculaire sévère, et l'hypertension artérielle, représentent les principaux facteurs de risque d'AVC.