bg-country-switch
Veroval®
Temperature

En savoir plus sur la fièvre

La fièvre de manière générale

Fièvre

Température corporelle

La température du corps varie tout au long de la journée. Au petit matin, juste avant le réveil, elle est basse, et plus haute en fin d'après-midi(2). La mesure rectale est la mesure la plus précise pour définir la température intérieure du corps humain(9).

Variations de la température mesurée par voie rectale(10) :

  • Température normale - de 36,3 ° C à 37,4 ° C.
  • Température élevée- de 37,5 ° C à 38 ° C
  • Fièvre - de 38,5 ° C à 39,0 ° C
  • Très haute température - au-dessus de 39 ° C

Qu’est ce qui fait augmenter la température corporelle ?(1)

La fièvre peut également avoir plusieurs causes :

  • Infections virales ou bactériennes (les causes les plus fréquentes) ;
  • Un coup de chaleur ou une insolation ;
  • Des troubles du système immunitaire ;
  • Une réaction à certains médicaments ;
  • Une réaction à un vaccin, par exemple le vaccin contre la fièvre jaune ;
  • Des troubles de la région du cerveau contrôlant la régulation de la température interne ;
  • Les suites d’un traumatisme ou d’une brûlure grave ;
  • Poussée dentaire(3).

Les symptômes habituels(4) de la fièvre sont...

  • Maux de tête
  • Frissons
  • Sensation de froid
  • Peau chaude au toucher
  • Respiration plus rapide
  • Cœur qui bat plus vite

Comment détecter la fièvre ?

Afin de vérifier la température corporelle, il est important de se servir d’un thermomètre.
Il existe divers modèles de thermomètres :

  • Thermomètres Gallium (de moins en moins utilisés)
  • Thermomètres électriques
  • Thermomètres digitaux

Informations générales sur la fièvre(10) 

Le corps humain régule la température corporelle pour atteindre une valeur de consigne qui varie au cours de la journée de 1°C maximum. Tout au long de la vie, la température corporelle moyenne peut diminuer de 0,5°C.

La température corporelle dépend également de la température extérieure, de l’âge, du stress, du temps de sommeil, des hormones et de l’activité physique.

De plus, la température du corps (température a cœur) et la température de surface, celle de la peau, sont différentes. La température du corps mesurée dans l’oreille ou sur le front peut varier des autres mesures prises dans la bouche, le rectum ou sous l’aisselle. Par conséquent, il est inutile de comparer ces valeurs. Les mesures prises dans l’oreille et sur le front peuvent donner des résultats différents, puisque la température du front dépend nettement plus de facteurs extérieurs que la température du tympan.

Les thermomètres auriculaire (tympan) et frontaux déterminent la température interne du corps grâce au rayonnement infrarouge et les thermomètres digitaux mesurent la température corporelle par voie rectale, orale ou axillaire

What is fever?

Fever in itself is not a disease. It is rather a symptom that indicates that the defence mechanism of the body is taking action against invaders causing harm to the body. Among others, viral or bacterial infections and tissue injuries can cause the body temperature to rise. If the body temperature rises above the normal body temperature range, this is called fever.

Fièvre chez les enfants(3)

On parle de fièvre si la température corporelle dépasse 38 °C lorsqu'elle est prise chez un enfant normalement couvert, non exposé à une atmosphère très chaude et n'ayant pas fait une activité physique intense avant la prise de température.

Une fièvre est dite aiguë lorsqu’elle évolue depuis moins de 5 jours chez le nourrisson, et moins de 1 semaine chez l’enfant plus âgé. Au-delà, on parle de fièvre prolongée.

La fièvre est fréquente dans beaucoup de maladies banales de l'enfant (rhinopharyngite, otite aiguë, varicelle, roséole, syndrome pieds-mains-bouche...) Elle est très utile car elle aide l'organisme à lutter contre les infections.

L’enfant fébrile peut présenter un changement de comportement (fatigue, perte d'appétit, céphalées, diminution des activités, etc.) qui témoigne, au même titre que la fièvre, de la réponse immunitaire de l'organisme à la maladie en cause. Très rarement, la fièvre, associée à d'autres symptômes, est présente dans une maladie grave ou évolutive, à prendre en charge en urgence (par exemple une méningite, une pneumonie).

Mesures simples à adopter en cas de fièvre chez l’enfant(3,5)

  • Proposer fréquemment à boire à l’enfant, du lait s’il est allaité ou de l’eau dans les autres cas. Inutile de lui donner une boisson très fraîche.
  • Ne pas trop couvrir l’enfant.
  • Aérer la pièce et ne pas augmenter la température de la pièce, qui doit rester aux environs de 20°C.

Certaines pratiques, comme celle du bain frais, ne sont pas recommandées. Elles sont généralement peu efficaces et peuvent même accroître l’inconfort de l’enfant.

Si votre enfant semble fatigué ou malade et a le front chaud, il a peut-être de la fièvre. Prenez sa température à distance des repas, après 20 minutes de repos et en utilisant un thermomètre électronique. Respectez l'hygiène et le mode d'emploi :

  • Nettoyez le thermomètre avec de l'eau et du savon avant utilisation puis rincez-le ;
  • Retirez-le dès que vous entendez le signal sonore et lisez la température ;
  • Nettoyez le thermomètre.

En fonction de la voie choisie, pensez à majorer la température :

  • Voie rectale : elle est la plus précise et ne nécessite pas de majoration de température ;
  • Voie auriculaire : les thermomètres à placer dans le conduit de l'oreille permettent une mesure précise, mais ils sont plus difficiles à utiliser chez l'enfant (conduit auriculaire étroit, mouvements de l'enfant, résultat perturbé par la présence d'un bouchon de cérumen). Cette méthode est déconseillée avant 2 ans ;
  • Voie buccale, pour les enfants de plus de cinq ans : majorez la température de 0,5 °C ;
  • Voie axillaire (sous l'aisselle), elle n'est pas très précise mais utile pour avoir une évaluation : majorez la température de 0,6 °C.

Faut-il faire baisser la fièvre systématiquement ?(3)

Dans de nombreux cas, les poussées de fièvre sont bénignes et disparaissent en moins de trois jours.L’objectif du traitement est la suppression de l'inconfort dû à la fièvre et non la normalisation de la température.


Donc, en cas de fièvre modérée et si votre enfant la supporte bien, sourit, mange et boit, il n'est pas en danger, il est donc inutile de traiter la fièvre. Contentez-vous de la surveiller.


À l'inverse, vous devez traiter la fièvre :

  • Si elle persiste plus de deux jours ;
  • Si elle dépasse 38,5 °C ;
  • Si votre enfant a moins de trois mois ;
  • Si votre enfant supporte mal la fièvre : il est irritable, il mange moins, il ne fait plus ses activités habituelles, il a mal à la tête... ;S’il souffre d'un problème de santé particulier et que vous devez souvent vérifier sa fièvre.

Convulsions fébriles(6)

Les convulsions fébriles sont des convulsions qui se produisent chez des enfants neurologiquement normaux de 6 mois à 5 ans qui ont une fièvre > 38° C qui n'est pas causée par une infection du système nerveux central et sans crises fébriles précédentes.

  • Les convulsions fébriles simples durent < 15 minutes, n'ont pas de caractéristiques focales et ne récidivent pas dans les 25 heures ;
  • Les crises fébriles complexes durent > 15 min, en continu ou avec des pauses, elles présentent des signes focaux ou réapparaissent dans les 24 heures ;
  • Les examens systématiques ne sont pas obligatoires, mais si les enfants ont des crises complexes, des déficits neurologiques ou des signes d'un trouble grave sous-jacent (par exemple méningite, troubles métaboliques), des examens doivent être faits ;
  • Les convulsions qui durent ≥ 15 min nécessitent un traitement médicamenteux (p. ex., lorazépam 0,05 à 0,1 mg/kg injecté IV en 2 à 5 min, répété toutes les 5 à 10 min jusqu'à 3 fois) ;
  • Le risque de développer des convulsions non fébriles après avoir eu une convulsion fébrile simple, est d'environ 2 à 5%.

Rose rash of infants or sixth disease

Rose rash is typically a childhood disease. Almost every child suffers from it once up before the end of its second year of life. It is a harmless viral disease caused by a human herpes virus. The mode of infection is by droplet, i.e. by coughing and sneezing. A child who suffered from this disease develops a life-long immunity against it. The symptom of this disease is a sudden very high fever lasting for three to four days. Once the fever disappears, rash with small pale red spots appears.

These rashes can spread to the whole body but do not cover the face. After about two or three days, the rash disappears and the infection is over. In some cases, this disease occurs in a subtle form that you may not notice. In spite of the high fever, the general condition usually is little or unaffected.

Rose rash of infants cannot be treated. Only its symptoms could be treated. For example, high fever can be reduced by antipyretic measures. The most important thing you need to ensure is that your child drinks a lot of fluid, e.g. water. To rule out any kind of complications or doubt, it is suggested to consult a doctor.

Fièvre chez l’adulte

Que faire en cas de fièvre aiguë chez un adulte ?(7)

Sauf immunodépression, il n’est pas nécessaire de traiter une fièvre lorsqu’elle reste inférieure à 38°5 C :

  • Surveiller régulièrement la température et la noter, ainsi que l’heure de la mesure ;
  • Aérer la pièce ou y placer un petit ventilateur pour brasser l’atmosphère s’il fait chaud. De nombreux logements sont surchauffés en hiver alors qu’une température de 19°C suffit ;
  • Boire souvent, de préférence des tisanes légèrement sucrées, de l’eau minérale, des jus de fruits ou du bouillon ;
  • Alléger son alimentation si l’on n’a pas faim.

Quand faut-il consulter en urgence en cas de fièvre aiguë ?(8)

La fièvre aiguë justifie une consultation en urgence en cas de :

  • Violents maux de tête avec raideur de nuque et vomissements ;
  • Petites taches rouges apparaissant sur le corps (« purpura pétéchial ») ;
  • Somnolence ou troubles du comportement ;
  • Fortes douleurs dans la poitrine ou dans le ventre ;
  • Fièvre au retour d’un pays tropical où sévit le paludisme (même si l’on prend une prophylaxie anti palustre) ;
  • Fièvre persistante plus de 48 heures ;
  • Gêne respiratoire ;
  • Douleurs urinaires ;
  • Immunodépression (greffe, VIH, corticoïdes…).